DRC: Projet Renforcement et Efficacité des Services Eau en République Démocratique du Congo

“Mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut plutôt que le sexe qu’il faut à la place qu’il faut.”

Ruffine Mabanza, Point Focal Genre du projet RESE

 

Si la problématique Genre est présente dans bien des secteurs, elle est vécue de manière particulière dans le secteur de l’eau. A fortiori en République Démocratique du Congo, où oeuvre le projet Renforcement et Efficacité des Services Eau (RESE) en faveur du développement de ce secteur. Nous avons choisi de partager les réalisations concrètes telles que vécues par les collaborateurs et collaboratrices de la GIZ et les partenaires directs sur le terrain grâce à la politique interne de la GIZ en matière de Genre en particulier au projet RESE : une politique interne de valorisation des femmes se traduisant par un véritable changement de mentalités des partenaires du projet, une démarche documentée et faisant partie intégrante du cadre logique du projet.

Philippine est Conseillère Technique Senior au projet RESE depuis 2 ans mais il n’en a pas toujours été ainsi.

   
Equipe Genre : D’abord, qu’est-ce que cela signifie d’être une femme au Congo ?
Philippine : Etre une femme au Congo, c’est d’abord être une mère, et une mère qui doit mettre au monde des garçons. Je pense à la mienne qui a risqué sa vie pour satisfaire les exigences familiales et sociétales. Nous sommes 4 filles aînées, le garçon est arrivé en dernier.
Etre une femme en République Démocratique du Congo, c’est aussi se voir astreindre des rôles et interdire d’autres : une femme doit se marier, pas étudier. Alors quand, comme moi, on décide de faire des études universitaires, on va à contre-courant de la société et on est taxé de tous les maux. Quand je suis partie au Burkina Faso pour faire mon Master, c’était une aubaine. Personne ne pensait que je reviendrais avec un diplôme faisant de moi une ingénieure en Eau et Environnement, profession traditionnellement réservée aux hommes.
Et si tant est qu’on brave tous ces obstacles, il en reste encore beaucoup d’autres une fois qu’on arrive sur le marché du travail.

Equipe Genre : Quels ont été vos débuts à la GIZ ?
Philippine : Malgré ma qualification d’ingénieure, j’ai été recrutée comme réceptionniste. Dans un premier temps, ça ne m’a pas dérangée ; la situation était difficile et le but était avant tout pour moi de trouver du travail. C’est lorsque j’ai constaté que des hommes, avec qui j’avais étudié, accédaient directement à des postes de consultants que ma frustration est née. C’était très peu valorisant compte tenu des études que j’avais faites et qui m’auraient permise d’être beaucoup plus utile que je ne l’étais. Et cette situation était d’autant plus humiliante et choquante qu’eux ne se privaient pas de me signifier que « c’est normal, tu es une femme ». Pourtant, même si souvent je me sentais impuissante, j’ai décidé de rester, de me battre et de persévérer. En tout, je suis restée deux ans au poste de réceptionniste.


Equipe Genre : Qu’a fait le projet RESE ?
Philippine : Il a réévalué, dans la perspective de favoriser l’égalité des hommes et des femmes en son sein, les compétences de ses collaborateurs et collaboratrices. Il a introduit divers changements positifs car il aborde l’égalité des genres d’une manière très pratique et simple et remet en question les stéréotypes existants.
Mon propre profil ayant été réévalué, je suis devenue assistante de la chef de projet. Ayant fait mes preuves, je suis rapidement devenue Conseillère Technique Junior, puis Conseillère Technique Senior. Le projet mène un vrai travail en interne pour lutter contre les discriminations que peuvent vivre les femmes et les hommes en les valorisant : gestion des ressources humaines sensibles au Genre, prise en compte du Genre dans les activités organisées par le projet, désignation de points focaux en interne, inclusion des points focaux des organisations non gouvernementales locales et les organisations de société civile au sein des événements officiels organisés par le projet. Il est aussi important de mentionner l’accent mis sur l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes à poste égal. Et même au-delà du salaire, il a été mené un réel travail de fond pour changer les mentalités au sein de notre projet RESE : les femmes ne sont pas au service du bien-être de leurs collègues masculins en raison de leur genre (par exemple en leur apportant les cafés ou encore en nettoyant leurs toilettes) et ne doivent pas jouer le rôle de secrétaire (impressions, photocopie, scans, etc.) si tel n’est pas leur poste.
Cet engagement est payant puisqu’on compte aujourd’hui 3 femmes sur 7 hommes aux postes techniques et 3 femmes sur 5 aux postes de direction, ce qui n’était pas le cas avant.


Equipe Genre : Comment vous percevaient les partenaires à votre arrivée et comment vous perçoivent-ils aujourd’hui ?
Philippine : Je suis une fille, jeune, de petite taille et mince, alors c’est de petite fille que les partenaires me traitaient. Ils ne s’imaginaient pas qu’une « petite fille » puisse leur faire la leçon sur un domaine où eux avaient des années d’expérience. Mais, encore une fois, j’ai persévéré. J’ai fait mes preuves en montrant tout ce que j’avais appris, en formant ces partenaires, en leur montrant ce dont je suis capable et en travaillant dur pour me faire une place.
Aujourd’hui, les partenaires me reconnaissent en tant qu’experte dans mon domaine. Désormais, c’est moi qu’on appelle quand il y a un problème avec la qualité de l’eau ou encore la cartographie. Je me suis réellement rendue compte de la légitimité que j’avais acquise dans le secteur lorsque, par exemple, les partenaires me disaient qu’ils connaissaient mon nom avant même de m’avoir rencontrée. Ma crédibilité n’est plus à démontrer : je ne suis plus vue comme une petite fille ou comme une femme qui serait de facto incompétente parce qu’elle est une simplement une femme mais comme une personne à part entière, qui travaille bien et c’est tout. Mais je veille à ne pas me reposer sur mes lauriers et à toujours tendre vers le meilleur.

Nous avons contacté les partenaires pour leur demander leur avis ; qu’ont-ils pensé de Philippine lors de leur première rencontre ? Leur perception a-t-elle changé et pourquoi ? En ont-ils tiré des conclusions à titre professionnel et personnel ? Leur réponse est chacune édifiante.

“Pour être honnête, j’ai d’abord cru que Philippine était une stagiaire, de par sa taille, sa jeunesse, etc. C’est lors de ses interventions que j’ai rapidement compris son expertise dans le domaine du secteur de l’eau. Aujourd’hui, c’est même une personne à laquelle je n’hésite pas à me référer en cas de besoin. Sa disponibilité, sa générosité et sa gentillesse font d’elle une interlocutrice privilégiée. Par ailleurs, je n’hésite pas, dans le processus de recrutement au sein de mon service, à valoriser les femmes qui postulent et ça m’a même encouragé, à titre personnel, cette fois, à veiller à bien scolariser mes filles.”
Honoré EPASO, Chef de service des centres secondaires de la REGIDESO dans la région de l’Equateur

“J’ai rencontré Philippine lors d’un atelier de notre entreprise, la REGIDESO. Elle a fait une présentation que je ne pensais pas que les femmes pouvaient faire. Chez nous, c’est rare, on dit que la femme est faite pour le mariage et pas pour le travail, alors j’ai d’abord pensé qu’elle ne saurait pas parler de tout ça. Mais son intervention était très intéressante, je me suis rapidement rendu compte qu’elle maîtrise sa matière, qu’elle travaille bien et réalise un très bon travail d’accompagnement. Elle m’a beaucoup inspirée pour ma fille, Bénedicte, qui est en 8ème classe. Nous devons encourager nos filles et jeunes femmes pour qu’elles fassent des études et nous remplacent. Les femmes sont capables de faire le même travail que les hommes. Je félicite vraiment le projet RESE pour son engagement à la promotion de la femme.”
NGAMBELE, Chef de service des centres secondaires de la REGIDESO dans la région du Bandundu

La politique de meilleure gestion des ressources humaines et de valorisation du Genre n’est pas qu’interne. Au contraire, elle se reflète, se traduit même, en externe, auprès des partenaires, dans les activités du projet : les femmes sont prêtes à s’engager et toutes les parties prenantes à les écouter.

Le leadership féminin de Kikwit
A Kikwit, l’une des zones d’intervention du projet RESE, a été créé un Comité Local d’Eau (CLE) qui doit servir de cadre de concertation entre les différents acteurs du secteur de l’eau. Puisque les femmes sont chargées d’aller, à leurs risques et périls, chercher de l’eau et qu’elles en sont les plus grandes usagères, il était évident qu’il fallait inviter des femmes dans le cadre de la mise en place du CLE de Kikwit.
Au commencement, elles étaient donc présentes en tant que partie prenante. Mais bien que plusieurs femmes eussent été identifiées comme compétentes pour diriger ce CLE, c’est d’abord un homme qui en a pris la tête. Toutefois, compte tenu des dysfonctionnements notoires de cet organe, il a été procédé à une cartographie des acteurs mettant le focus sur le Genre. Des coordinatrices d’organisation non gouvernementales locales, des points focaux Genre de diverses organisations ont été repérées et leurs compétences mises en lumière. Néanmoins, en voulant les positionner à des postes de direction, le projet s’est vu confronté à une double difficulté. D’une part, les partenaires hommes ne sont souvent pas enclins à désigner une femme à un poste de direction et, d’autre part, les femmes elles-mêmes n’ont généralement pas de propension à valoriser leur expérience, leurs compétences et leurs connaissances. En dépit de cela, grâce à l’audace et la persévérance de ces femmes et la ténacité du projet à positionner des femmes à des postes à responsabilités, les membres ont fini par proposer à l’unanimité une femme à la tête du CLE. Aujourd’hui, il fonctionne à tous points de vue.

Grâce à l’application d’une politique de gestion des ressources humaines sensible au Genre en externe tel qu’il avait été procédé en interne au projet RESE, les mentalités ont pu changer concernant la perception des femmes au travail tant par les hommes que par elles-mêmes.
Prise en compte du Genre dans l’élaboration et l’exécution du projet
Par ces expériences et témoignages, nous voulons montrer la volonté et l’action du projet RESE d’appliquer une politique interne en matière de gestion des ressources humaines mettant en valeur les profils de femmes compétentes. Et cette démarche doit non seulement servir de modèle en externe, auprès des partenaires, mais elle doit surtout se vérifier selon le cadre logique du projet. En effet, l’indicateur 1.2 du cadre logique du projet prévoit que 20% du personnel dirigeant de la société monopolistique du secteur de l’eau, accompagnée par le projet RESE selon le premier champ d’action, soient des femmes (contre 7% aujourd’hui), lesquelles doivent avoir les compétences requises pour réaliser les tâches qui leur incombent en fonction du profil du poste. Le Genre fait ainsi partie intégrante de l’élaboration et l’exécution du projet. Complété par un réel travail de suivi et évaluation de la prise en compte de la problématique de l’égalité entre les femmes et les hommes, le genre est l’un des facteurs d’évaluation de la qualité du travail d’accompagnement réalisé par le projet RESE.
Par ailleurs, ces expériences et témoignages démontrent une réelle collaboration à tous les niveaux (politique, sociétal, interne, externe, etc.) entre le projet RESE et ses partenaires pour prendre en compte le critère Genre de manière collective, en valorisant les personnalités individuellement.
Enfin, ces expériences et témoignages démontrent que le projet a été confronté à des difficultés dans l’implémentation de cette problématique : les préjugés profondément ancrés, tant chez les hommes que chez les femmes elles-mêmes.
Mais la persévérance, un travail d’analyse et de cartographie précis des acteurs mettant en valeur les profils plutôt que le Genre, ainsi que la pertinence des interventions des femmes dont les compétences et les connaissances ont été mises en valeur, ont permis et permettent aujourd’hui encore une intégration fructueuse de la problématique du Genre au sein du projet et auprès de ses partenaires. Ce sont là les éléments essentiels pour faire du secteur de l’eau un secteur sensible à l’égalité entre les hommes et les femmes en République Démocratique du Congo.

Conclusion
La démarche du projet RESE consiste donc à mettre en valeur des profils de femmes compétentes en interne pour sensibiliser les partenaires à la capacité des femmes à assumer des rôles et des responsabilités d’ordinaire attribués aux hommes. Cette démarche s’inscrit dans une continuité et une cohérence qui, avec l’espoir de se voir octroyer un appui financier, pourrait davantage progresser. En effet, le projet pourrait alors organiser un concours à destination des étudiantes dans des filières peu féminisées au terme duquel une partie de la suite des études de la gagnante pourrait être financée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.